Quand le diable sortit de la salle de bain

Quand le diable sortit de la salle de bain« Quand le diable sortit de la salle de bain » de Sophie Divry, me fait perdre mes repères. Le style direct et simple, ponctué de figures à la Frédéric Dard, brouille les codes de ce récit d’une vie ordinaire et contemporaine. Est-ce un roman ? Une autobiographie ? Un reportage qui montre une autre forme d’une misère cachée derrière d’ordinaires apparences bourgeoises.
Je dépasse la légèreté du ton, parce que je sais que cette histoire existe. Celle d’une trajectoire de vie qui s’infléchie progressivement, parfois jusqu’à la perte de l’estime de soi.
Rien ne semblait prédestiner Sophie à cette forme de précarité économique, ni ses origines sociales, ni son niveau d’études, ni sa personnalité. Pourtant la fatalité du chômage réduit progressivement sa vie à des besoins essentiels, comme les dunes de l’atlantique reculent, rongées sournoisement par une mer montée trop haut.
Derrière son apparence de lecture estivale, ce livre nous interroge sur le nombre d’autres « Sophies » qui remplissaient les amphis des écoles il y a quelques années, devenues aujourd’hui les « Sophies » de cette histoire.

Titus n’aimait pas Bérénice

Titus n'aimait pas BérénisLe plaisir d’une lecture est certainement le meilleur remerciement pour celui qui vous l’a conseillé ou qui vous a offert le livre. J’ai adoré « Titus n’aimait pas Bérénice » de Nathalie Azoulai. C’était un cadeau de fête des pères et incontestablement un bon conseil du libraire à mes enfants. Au moment où l’on décide de faire disparaitre l’enseignement des lumières des programmes scolaires, c’est une lecture indispensable autant que salutaire. Au travers de la vie de Jean Racine, c’est près d’un siècle de littérature Française que ce livre nous fait traverser. Je suis immédiatement impressionné par l’énorme capacité de travail et l’étendue des connaissances de la littérature ancienne de ces auteurs Français du 17ème. Ils lisent, écrivent, apprennent, récitent encore et encore, comme un musicien ferait des gammes jusqu’au dépassement de la technique. Je suis englouti par les plongées de Racine dans les profondeurs de la langue, par son obsession des mots, de leur sens et de leur musique dans la gorge des actrices à qui ils les offre. Se rappeler ces auteurs, c’est se souvenir des fondements de la république en référence à cette période monarchique, dont certains des pires aspects rodent pourtant encore dans nos régimes actuels. A cette échèle du temps, c’est aussi, garder ouverte une fenêtre presque contemporaine sur l’histoire et les mythologies Grecque et Romaine. Oui j’ai adoré ce livre dont la qualité d’une écriture moderne, sert parfaitement la noblesse de ses origines bien plus anciennes et qui nous rappellent d’où l’on vient, comme pour nous aider à savoir où aller.

 

QuietComfort35

QuietComfort35Il y a plusieurs manières d’écouter de la musique. Parfois on veut « du gros son » qui fait sonner les graves pour les ressentir physiquement. Parfois on cherche le coté cristallin des aigües au-dessus du spectre, ou le confort de la compression des harmoniques… Mais quand on passe à l’écoute active, quand on cherche un spectre clair ou l’on peut trouver presque chaque note de chaque instrument, ce QuietComfort35 à réduction de bruit de Bose, est juste le must. La techno n’est pas récente, mais cette dernière génération est vraiment top. En tout cas pour mes oreilles et mon besoin d’entendre le détail du jeu du batteur!

 

L’origine de nos amours

L'origine de nos amoursJe vole quelques dizaines de minutes à un début de matinée initialement prévu studieux, pour finir ma lecture. J’ai commencé « L’origine de nos amours » dans le train la veille et la nuit qui a suivi mon retour tardif a conservé intact mon désir de terminer cette conversation entre le père et son fils. J’aime l’écriture de Erik Orsenna. Les phrases courtes. Les mots simples et choisis qui nous emmènent en douceur dans la profondeur des sentiments qu’ils expriment.
Faut-il croire à l’existence d’une génétique de l’amour et à son caractère héréditaire ? Nos histoires d’amour ne sont-elles que la conséquence fatale de celles de nos ancêtres et de circonstances particulières ?
Le père en tout cas l’aura vécu comme une malédiction dont il cherche à protéger son fils. Dans cette mise en perspective du temps, s’installe alors un vrai dialogue entre le père et le fils, dont l’essentiel est néanmoins fondé sur le mensonge. Je suis tantôt l’un et tantôt l’autre, dans chacun des lieux qui sont mon quotidien, alternativement dans le souvenir d’avoir été le fils de mon père et dans la réalité de ma relation avec mes trois garçons.
Je ressens un vrai bonheur à projeter dans ma propre vie une relation devenue adulte avec mes enfants. La mort précoce de mon père m’en a sans doute volé l’essentiel. J’espère que la vie sera plus généreuse avec ma descendance, mais qu’à aucun moment je ne leur donnerai l’impression d’instrumentaliser leur vie pour « réparer » la mienne.

Le Roi René

le-roi-reneIl y a des biographies que l’on prendrait volontiers pour des romans. Celle de René Urtreger est tellement improbable, que l’on a du mal à croire que c’est la vraie histoire de cet immense pianiste de jazz bop et de ces contemporains les plus célèbres. En tournant les pages de « Le Roi René », je pense à ma lecture de « Charlotte » et au trouble que la cohabitation du meilleur et du pire avait fait naître en moi. Je crois que l’amplitude de l’histoire de ce juif ashkénaze d’origine Polonaise est plus intense encore.
Sa lecture me ramène à cette perspective de la bipolarité de chacun, qui fait de la détresse le tribut du sublime (et du travail). Comme si l’amplitude de la courbe du talent n’existait qu’au prix de son exact symétrique dans l’univers de la déchéance physique et psychologique. C’est une pensée dérangeante quand on sait qu’au premier rang du pire dans cette histoire aussi, figure celle de la Shoa. Quand s’y superpose l’ambiance particulière du milieu jazz professionnel d’après-guerre, on se demande si ces garçons et ces filles de 20 ans avaient la moindre chance d’y survivre sans leur égarement dans les limbes des drogues dures. Il faut absolument voir « Ray », « Bird », « Whiplash », lire le « Roi René » comme autant de témoignages sociologiques et civilisationnels de notre histoire proche. Je sais déjà à qui je vais offrir ce livre qu’un cousin musicien m’a recommandé. Merci Eric.

Les demi-frères, duo sur Nougaro

Les demi frèresEnfin quelques rayons de soleil réchauffent une soirée Parisienne. Comme l’on sort d’une forme d’hibernation, l’envie de sortir est instinctive. Ce sera au théâtre, au Lucernaire. Souvenir de mon ancien quartier de bureau et de quelques soirées improvisées entre le quinzième, septième et sixième arrondissement. « Les demi-frères, duo sur Nougaro », c’est le spectacle choisi pour ce cocktail artistique dont la mise en scène mélange musique, cabaret et théâtre dans un genre original et de qualité. Une lumière chaude (dans tous les sens du terme), enveloppe les différents tableaux que les « noirs » successifs viennent rythmer comme un diaporama. Nougaro c’est l’un des artistes que j’entendais dans ma maison d’enfance et dont les disques tournaient sur l’une de ces machines que l’on trouve encore dans quelques brocantes de province. Je m’aperçois que je connais la plupart des chassons. Les paroles me reviennent comme d’une mémoire enfouie, mais dans ce décor pourtant minimaliste, elles révèlent un sens nouveau. J’écoute, je ressens, cette résonnance me troublent. Le swing, le choix des harmonies, la qualité du texte, forment une émouvante ode à l’amour, celui qu’un homme peut parfois ressentir pour une femme.

 

Et j’ai su que ce trésor était pour moi

Et j'ai su que ce trésor était pour moiIl est des livres dont on a envie de parler juste après avoir refermé la dernière page, de peur de perdre l’émotion dans laquelle ils nous ont emportés. C’est le cas de « Et j’ai su que ce trésor était pour moi » de Jean Marie Laclaventine. Je l’ai emmené en Suisse, je le lis avec infiniment de plaisir en quelques soirées dans un confort ouaté, face à la montagne enneigée.
Quel luxe que de pouvoir mettre son talent au service de son histoire d’amour ! Julia et Marc ont celui des mots et de l’écriture. Alors, ils se parlent, ils s’écrivent. Tantôt pour se dire comme ils s’aiment, tantôt pour le faire dire aux acteurs des scénarios qu’ils s’offrent l’un à l’autre. Dans ce rituel amoureux, où le faux se révèle toujours comme une métaphore sentimentale, leur histoire d’amour prend une forme de réalité augmentée.
Je vais laisser se dissoudre lentement la densité émotionnelle de ce roman que le faux quotidien et les chassé-croisés des personnages ne fait que renforcer. S’il faut partager des histoires pour se dire plus de ce que l’on ressent pour l’autre, alors à défaut de savoir les écrire, partageons celles écrites par d’autres. Partageons des livres, celui-ci absolument … et des fleurs de thé vert.

Cher Pays de Notre Enfance

Cher Pays de Notre Enfance «  Cher pays de mon enfance » chantait Charles Trenet dans une vision plus bucolique que celle, que nous offrent Benoît Collombat et Étienne Davodeau. Deux cent vingt pages de bande dessinée, illustrant une enquête journalistique approfondie sur les dérives du Service d’Action Civique, de la guerre d’Algérie jusqu’à l’assassinat de Robert Boulin et la tuerie d’Auriol.
L’ouvrage arrive anonymement dans ma boite aux lettres le jour de mon anniversaire. Pourtant l’attention est signée, Jean Marie me le confirmera quelques jours plus tard. Il sait que l’histoire de l’Histoire me plaira. Ce qu’il ignore sans doute, c’est que la carrière politique de mon père dans une petite commune, exposera notre famille aux mêmes menaces de barbouses que celles dénoncées par le livre.
Je revis donc un passage de mon enfance, au milieu des 4L, 2CV et autres tubes Citroën avec bonheur. Pourtant la dérive et l’infiltration mafieuse de cette queue de comète d’anciens réseaux de résistants et de militaires de la guerre d’Algérie m’interroge sur les avancées de nos sociétés dans ce domaine.
A l’ombre de la violence mondiale et des idéologies guerrières s’épanouissent sans doute plus que jamais de puissants réseaux mafieux mondialisés. Des affaires sont toujours enterrées, des juges toujours assassinés, sous les yeux d’un pouvoir politique qui, s’il a légalisé le financement de ses partis, n’en a pas pour autant et bien au contraire, moralisé la vie politique.

Stomp

Stomp Stomp. Cette fois j’y suis avec mon filleul de 17 ans avec qui je partage la passion de la batterie. En une quinzaine d’années, c’est la troisième fois que j’assiste à leur spectacle. Je me demande si cette troisième représentation, certes relativement distante de la dernière, aura la même magie que les deux premières. A peine ais-je le temps de me poser la question, que je suis déjà emporté par la puissance du show au décor « street art ». De nouveau la chorégraphie toujours aussi moderne intègre à merveille tous les éléments de ce spectacle. C’est tellement bien fait qu’on en oublierait presque l’incroyable performance de ces acteurs musiciens, dont on a du mal à imaginer l’origine tant le spectre de leurs compétences entre école du cirque et conservatoire de musique, est large.
Evidement quand on est un peu initié, on est impressionné par le niveau de performance musicale et par l’orchestration de ces paternes rythmiques parfois complexes. Sur ces instruments qui ne le sont que dans ce contexte, les techniques utilisées sont même sans doute plus difficiles qu’elles ne le seraient sur de vrais instruments. On perçoit l’investissement physique fourni pour faire sonner des couvercles de poubelles, des ballais, des pots de peinture, des lavabos et bien d’autres objets encore, tantôt en guise de cymbales, de claves ou de tambours. J’ai passé un super moment avec Louis et avec ce spectacle ; à voir absolument et à revoir régulièrement certainement.

L’élixir d’amour

L_ELIXIR_D_AMOUR_jaqu_Mise en page 1C’était un matin. L’un de ceux de la trêve des confiseurs, qui offrent aux esprits insomniaques le plaisir d’un vagabondage. Le mien s’interrogeait sur l’existence d’un déterminisme amoureux jusqu’à ce que le réveil d’une maison familiale le fasse sortir de sa rêverie.
J’y suis pourtant ramené quelques jours plus tard, en parcourant par hasard la table des nouveautés d’une librairie Parisienne. « L’Elixir d’Amour », de Eric Emmanuel Schmitt tombe sous mes yeux et me ramène à cette interrogation. Je l’achète et le réserve pour un voyage en train du lendemain.
Je pousse chaque page de cette conversation amoureuse, comme l’on tourne la tête machinalement pour regarder une balle s’échanger de chaque côté d’un filet. Les mails se répondent par-dessus l’océan. Le jeu est de qualité. Les effets cachés dans les messages de l’un et de l’autre ne se révèlent souvent qu’à la fin de l’échange, jusqu’au dénouement ultime qui s’esquisse peu à peu.
Tout au long des quelques pages de ce petit cahier, Eric Emmanuel Schmitt offre son talent d’écrivain à ces deux personnages. Mais les clés de cette mathématique au service de l’alchimie des sentiments, ne me priveront sans doute pas du plaisir d’un nouveau vagabondage, ni de celui de cette écriture-là.