Armtrong

Villar 2013

Nous sommes au ski. Au milieu de cette immensité montagnarde, ma présence de skieur-vacancier me semble toujours aussi dérisoire et inopportune. C’est ma conquête de l’espace. J’ai l’impression d’évoluer dans un costume de cosmonaute. Tout cet équipement qui me permet de survivre dans ces conditions thermodynamiques quasi-hostiles m’encombre. J’assume les contraintes des conditions préalables au « grand pas pour l’humanité ». Je vais enfin vivre mes quelques secondes d’apesanteur : glisser depuis ce sommet tant convoité jusqu’au point de départ. Je suis le Armstrong de la piste. Ca y est je suis de nouveau en bas. Putain c’est presque plus rapide que l’effet du crac. Les quelques minutes d’extase supplémentaire, seront au prix du renouvellement du rituel de survie. Finalement le ski c’est comme une drogue, beaucoup de contraintes pour quelques minutes de plaisir, mais dans un vrai paradis terrestre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.