Archives de catégorie : Sortie

Mademoiselle Julie

Derrière moi, un monsieur se lève et lance des bravos qui traversent la salle avec force. Devant une dame lui fait écho. Je reste dubitatif. Le rideau vient de s’abaisser sur « Mademoiselle Julie« , un texte écrit en 1889 par August Stringberg, aujourd’hui mis en scène par Julie Brochen. La tragédie est un genre qui ne laisse certes jamais indifférent. Dans cette pièce interdite à sa sortie en Suède, on est en pleine transgression des devoirs et des rangs respectifs des valets et des aristocrates. J’essaie de m’installer dans une ambiance cornélienne où l’un et l’autre devront choisir entre leur appartenance sociale et la promesse d’une histoire d’amour. Pas si simple. Le valet se révèle pervers manipulateur et la fille du conte si ce n’est schizophrène, au minimum profondément déprimée. Dans cette pièce pourtant décrite comme un chef d’oeuvre, je me sens dans une histoire entre deux psychotiques qui ont perdu la vision de la frontière entre imaginaire et réel. La mise en scène fait de Julie un pantin désarticulé, dont l’attitude corporelle évoque d’avantage l’éthylisme que la folie.
J’en reste à un message essentiel. On est jamais ni sa classe, ni son rang, ni aujourd’hui ces études ou ses diplômes. C’est ce que réalise Julie en entendant son valet lui parler dans une langue étrangère, lui faire des déclarations dans un langage soutenu ou encore faire référence aux auteurs. Alors toujours aujourd’hui, méfions nous de nos a priori et découvrons nos semblables pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils représentent.

Le Fils

Aujourd’hui, un enfant sur cent dans le monde, né avec un trouble autistique. Récemment, un cabinet anglo-saxon réputé, publie une étude qui projette à l’horizon 2025, cinquante millions d’habitants sur Terre atteints d’un des quelconques syndromes de démence. Les maladies psychiatriques seront définitivement à cet horizon, le premier poste de dépenses de santé publique relatif aux maladies chroniques.
« Le Fils », c’est l’histoire de l’adolescent d’un couple divorcé qui déclenche une forme dépressive de la schizophrénie. Face à la maladie, à l’isolement, au mensonge, à la souffrance, l’arsenal des valeurs morales et éducatives des parents se révèle rapidement sans effet. Pourtant ils s’y accrochent et s’y accrocheront jusqu’au bout, comme le seul référentiel à partir duquel ils voudraient comprendre, le seul capable de les aider à gérer leurs émotions et leur culpabilité.
Comme sans doute beaucoup de parents dans la salle, le sujet m’interroge évidement.
La difficulté est bien là : dans notre capacité à chercher des solutions à la souffrance de l’autre dans son référentiel et non à partir du nôtre. Le sujet dépasse le cadre du scénario. Il y a tellement de situations où des Hommes, des civilisations, se persuadent que leur modèle fera le bonheur d’autres Hommes. Comme dans la pièce, l’Histoire leur donne rarement raison ! C’était il y a quelques semaines, je suis sorti du théâtre ému et songeur. J’aime le théâtre.

Deux Mensonges Une Vérité

Initié au genre à l’adolescence sous le patronage de « Roger Harth et Donald Cardwell », je suis resté méfiant vis-à-vis du théâtre de boulevard. Les amants dans les placards ou les femmes affolées qui traversent la scène en chemise de nuit, ce n’est pas mon carma. Néanmoins, je reconnais au théâtre le droit d’être drôle ou même léger et c’est dans cet état d’esprit que j’ai abordé la pièce.
Je ne suis pas déçu! Le texte est de qualité, particulièrement rythmé, avec des énumérations à la Frédéric Dard, et quelques passages dignes d’Audiard. La distribution est à mon sens inégale, mais je trouve Lionnel Astier particulièrement bon. Il nous fait vivre ses certitudes, ses doutes, ses angoisses ou ses colères avec une palette de postures et de tons puisée parmi les meilleures références du cinéma. Le jeu est drôle et je ris de bon cœur. Pour autant je ne trouve pas la pièce légère. Elle nous interroge sur les moteurs de l’amour, sur la fragilité de nos certitudes autant que sur les vertus de nos doutes. Pas d’amants affolés donc, pas d’appels criards à un ciel rédempteur et une très belle soirée de théâtre de boulevard.

Une Vie Sur Mesure

Cette fois, la salle est pleine. A quelques semaines d’intervalle, je revois « une vie sur mesure » de Cédric Chapuis. La première fois, j’avais été absorbé par la performance du batteur. Ce soir, avec mon filleul, je me sens plus disponible au contenu de la pièce. Même si l’instrument me fascine, même si certaines anecdotes raisonnent avec nostalgie dans ma propre histoire de batteur amateur, je me concentre sur l’unique personnage du récit. Il est autiste. Dans cette forme favorable de l’autisme, son talent pour la musique s’est substitué à ses capacités à appréhender le monde avec lucidité.
Pendant plus d’une heure, je partage avec lui sa lecture déformée des Hommes et de leurs comportements normés. Je le regarde désarmé face à la moquerie, aux encouragements, à la violence, à l’amour aussi. Lui a le don instinctif de la musique comme nous avons celui des émotions sociales. Il en singe les comportements avec une tendresse désarmante, comme nous ferions des gammes. Je veux croire que cette distance le protège de sa souffrance, comme elle protègera les un pour cent d’enfants qui naissent autistes aujourd’hui.

Eloquence à l’Assemblée

Le théâtre c’est une chimie entre l’auteur, son texte et les acteurs qui le jouent. Dans cette « Eloquence A l’Assemblée« , les auteurs sont pluriels et déjà consacrés par l’histoire, l’acteur est unique. Les auteurs, se sont quelques-uns des plus grands Hommes publics portant le texte de leurs discours devant l’assemblée nationale. L’acteur c’est Joeystaar. Le ton est crieur, parfois éloigné de l’image des personnages qu’il incarne de l’Abbé Grégoire à Simone Veille. Je ressens son plaisir à créer dès les premières minutes une tension inutile avec la salle, qu’il maintiendra durant une heure, en ponctuant les transitions de quelques commentaires colériques. J’écoute les textes. Les causes sont nobles : la pauvreté, les droits de la Femme, l’éducation, l’éthique…. Je réalise le courage de ceux qui les ont porté, les avancées sociales majeures qu’ils ont servi, tout comme je mesure le chemin qu’il reste à faire sur des sujets que les évolutions sociétales réaffirment sans cesse comme des questions essentielles. Je suis saisi par le rayonnement de la France du 16ième siècle et par la valeur de la langue Française.
Je mesure ma chance d’être né dans ce pays, même au 20ième siècle et d’avoir sans attendre déjà entendu le discours de Badinter pour la suppression de la peine de mort, ou celui de de Villepin à l’ONU contre l’intervention en Irak.

Elégance à la Française

Elégance à la Française, c’était ce matin le gros titre de tous les journaux pour parler du Dîner En Blanc 2017 sur la place de l’hôtel de ville de Paris. C’est surtout ce que l’on ressent quand, comme nous, on a la chance d’y participer avec un groupe d’amis.
Quand la nuit tombe, que les millions d’étincelles jaillissent au bout des mains tendues, l’émotion est réelle, grandiose, palpable. C’était un merveilleux moment de vivre ensemble autour des valeurs de courtoisie et de respect, entre ces milliers de gens venus des quatre coins du Grand Paris et attablés en quelques minutes. Cette image de la France était belle à regarder dans les yeux des badauds et des touristes émerveillés. Le blanc est définitivement la couleur de la fête, celle qui rend les gens beaux et généreux. Merci Dessi pour ce joli cadeau.

Le Cid

Dimanche après-midi je suis au théâtre. Le Cid de Corneille dans une mise en scène de Yves Beaunesne. Je ne me souviens pas du nombre de représentations auxquelles j’ai déjà assisté, mais les tirades entières qui me reviennent me laissent penser que les premières datent sans doute du collège et des cours de Français. De celles apprises par cœur, à celles écoutées avec soin quelques dizaines d’années plus tard, mon plaisir est intact. Au-delà des belles lettres et de Titus à Rodrigue, ces tragédies nous alertent sur les limites des valeurs essentielles que l’on aimerait pourtant enseigner à nos enfants. Quelle belle valeur que l’honneur quand elle donne la force à Jean Moulin de résister au pire, quelle étrange sentiment quand il nourrit la vengeance sans fin et rend les arbitrages impossibles. Faire disparaitre cet enseignement du programme des collèges reste une décision incompréhensible et injuste.
Espérons maintenant que l’histoire révèle un jour des tragédiens contemporains qui écriront à la gloire des accords de Camp David et de ceux qui auront su apaiser ce monde où s’accumulent de dangereuses rancœurs. Des écrivains pour dire peut-être que le pardon n’est pas toujours déshonorant.

Les demi-frères, duo sur Nougaro

Les demi frèresEnfin quelques rayons de soleil réchauffent une soirée Parisienne. Comme l’on sort d’une forme d’hibernation, l’envie de sortir est instinctive. Ce sera au théâtre, au Lucernaire. Souvenir de mon ancien quartier de bureau et de quelques soirées improvisées entre le quinzième, septième et sixième arrondissement. « Les demi-frères, duo sur Nougaro », c’est le spectacle choisi pour ce cocktail artistique dont la mise en scène mélange musique, cabaret et théâtre dans un genre original et de qualité. Une lumière chaude (dans tous les sens du terme), enveloppe les différents tableaux que les « noirs » successifs viennent rythmer comme un diaporama. Nougaro c’est l’un des artistes que j’entendais dans ma maison d’enfance et dont les disques tournaient sur l’une de ces machines que l’on trouve encore dans quelques brocantes de province. Je m’aperçois que je connais la plupart des chassons. Les paroles me reviennent comme d’une mémoire enfouie, mais dans ce décor pourtant minimaliste, elles révèlent un sens nouveau. J’écoute, je ressens, cette résonnance me troublent. Le swing, le choix des harmonies, la qualité du texte, forment une émouvante ode à l’amour, celui qu’un homme peut parfois ressentir pour une femme.

 

Stomp

Stomp Stomp. Cette fois j’y suis avec mon filleul de 17 ans avec qui je partage la passion de la batterie. En une quinzaine d’années, c’est la troisième fois que j’assiste à leur spectacle. Je me demande si cette troisième représentation, certes relativement distante de la dernière, aura la même magie que les deux premières. A peine ais-je le temps de me poser la question, que je suis déjà emporté par la puissance du show au décor « street art ». De nouveau la chorégraphie toujours aussi moderne intègre à merveille tous les éléments de ce spectacle. C’est tellement bien fait qu’on en oublierait presque l’incroyable performance de ces acteurs musiciens, dont on a du mal à imaginer l’origine tant le spectre de leurs compétences entre école du cirque et conservatoire de musique, est large.
Evidement quand on est un peu initié, on est impressionné par le niveau de performance musicale et par l’orchestration de ces paternes rythmiques parfois complexes. Sur ces instruments qui ne le sont que dans ce contexte, les techniques utilisées sont même sans doute plus difficiles qu’elles ne le seraient sur de vrais instruments. On perçoit l’investissement physique fourni pour faire sonner des couvercles de poubelles, des ballais, des pots de peinture, des lavabos et bien d’autres objets encore, tantôt en guise de cymbales, de claves ou de tambours. J’ai passé un super moment avec Louis et avec ce spectacle ; à voir absolument et à revoir régulièrement certainement.

Résiste

ResisteCe n’est pas un acte militant et les événements Parisiens n’avaient pas altéré mon désir de voir ce spectacle; mais la salle n’est pas remplie. C’était hier nous sommes au palais des sports. Nous assistons à « Résiste » la comédie musicale qui revisite au travers d’un conte sans saveur, une partie du répertoire écrit par Michel Berger pour France Gall.
D’abord je suis immédiatement happé par la qualité de l’écriture et celle des arrangements de Michel Berger, merveilleusement interprétés par des musiciens de talent. Le mix est parfait et la salle debout, ondule au rythme de la pulsation bien binaire de la plupart des morceaux.
Le décor est magnifique et intelligent. Intelligent par la modernité des partis-pris du décorateur pour restituer les différentes ambiances de cette boite de nuit. Enfin si innover c’est faire les choses autrement pour produire une valeur nouvelle, alors la chorégraphie est innovante, autant dans la technicité des tableaux qui passent du premier au deuxième plan, sans presque ne jamais s’interrompre, que dans l’hétérogénéité du casting des danseurs. C’était un très joli moment du répertoire de la chanson et du talent Français.