Lire

Coeur cousu

J’ai commencé Le cœur cousu de Carole Martinez en revenant de Washington. J’avoue avoir été un peu optimiste sur ma vitesse de lecture. Je viens de le terminer. 450 pages d’un conte fantastique merveilleusement écrit. C’est sans doute ce qui m’a fait aller au bout, (bien que je ne sache pas arrêter un livre). Drôles d’histoires dans cette histoire sans fin, jalonnée invariablement du pire. J’avoue avoir été emporté par l’écriture plus que par le récit. C’est un mélange polymorphe de tragédies, où les quelques magiques résurrections, ne font  que renforcer une exposition dérisoire de la vie. En fermant la dernière page, j’ai l’impression que quelque chose en moi me protège de cette morosité la.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.