Archives par étiquette : Villars sur Ollon

Villars 2013

Le ski au Club Med, c’est aussi les rencontres. De ce point de vue 2013 était un bon milésime. Ces rencontres, c’est l’occasion de découvrir des gens nouveaux, des métiers que l’on connait peu, mais aussi de réaliser qu’il n’y a pas plus universels que nos problèmes pourtant réputés si individuels et personnels. Elle a raison Sophie de rappeller que les bons camarades de glisse, c’est certainement un critère important dans la quête sacrée!

Pinot Gris

Ollon-20130316-00164

Je trouve les Suisses du canton du Valais particulièrement sympathiques. J’aime leur accueil et leur philosophie montagnarde, pleine de sérénité et de générosité. René, c’est un prof de ski saisonnier. Il a enseigné aux enfants. Au fil des saisons nous avons tissé des liens. Il a apporté une bouteille pour que nous prenions l’apéritif ensemble. La production viticole Suisse est toujours surprenante, mais jamais décevante. Ce soir c’est une bouteille de Pinot Gris 2010 de Neuchâtel, domaine de Montmoulin. Le résultat est simplement magnifique. Couleur dorée, bonne puissance, arômes bien ronds dans la longueur. C’était un bel apéro, merci René et Laurence.

Le Graal

J’avoue ma faible expérience dans le domaine. Mais depuis les quelques années où j’accompagne ma famille à la montagne, je découvre le Graal des vrais amateurs de ski. Du matin de l’arrivée jusqu’à celui du départ, une longue liste de paramètres est régulièrement analysée et commentée. Impossible pour le touriste que je suis de tous les mémoriser. Je retiens à la volée; la qualité de la neige : lourde, bonne, gelée ; les conditions météorologiques : la température, le vent, l’ensoleillement ; le matériel : les skis, les chaussures, les gants, les lunettes… A dire d’experts, il semble bien qu’il existe une combinatoire idéale de l’ensemble de ces facteurs. C’est celle qui constitue l’exception mémorable de LA descente : le Graal du vrai skieur. Un truc dont on ne sait même plus s’il s’est produit un jour, mais que l’on recherche chaque année. Dans mon parcours initiatique, j’avoue que 2013 était un bon millésime de glisse. La montagne enneigée était grandiose et lumineuse sous les quelques heures de soleil.

Armtrong

Villar 2013

Nous sommes au ski. Au milieu de cette immensité montagnarde, ma présence de skieur-vacancier me semble toujours aussi dérisoire et inopportune. C’est ma conquête de l’espace. J’ai l’impression d’évoluer dans un costume de cosmonaute. Tout cet équipement qui me permet de survivre dans ces conditions thermodynamiques quasi-hostiles m’encombre. J’assume les contraintes des conditions préalables au « grand pas pour l’humanité ». Je vais enfin vivre mes quelques secondes d’apesanteur : glisser depuis ce sommet tant convoité jusqu’au point de départ. Je suis le Armstrong de la piste. Ca y est je suis de nouveau en bas. Putain c’est presque plus rapide que l’effet du crac. Les quelques minutes d’extase supplémentaire, seront au prix du renouvellement du rituel de survie. Finalement le ski c’est comme une drogue, beaucoup de contraintes pour quelques minutes de plaisir, mais dans un vrai paradis terrestre !