Vive le train

Aller-retour à Londres en début de semaine. Et voilà que s’offrent à moi les quelques heures de solitude nécessaires à la lecture des quatres petites nouvelles d’Eric-Emmanuel Schmitt : Concerto à la mémoire d’un angeOscar et la dame rose m’avait ému aux larmes cet été, et me voilà plongé dans l’exitation de la découverte. Londres, Gare de St Pancras et une question en tête : sommes nous maitre de nous-même face à notre destin? J’ai adoré ce voyage.

thumb-Concerto-a-la-memoire-d-un-ange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.