L’Eloge du silence

Je referme « l’Éloge du silence » de Marc Smedt et je sais immédiatement qu’il me faudra le relire ; sans doute plusieurs fois, au moins par morceaux. Certains chapitres sont trop denses pour que leur résonance se suffise d’un unique passage et d’un unique état d’esprit du lecteur.
Chacun d’entre eux approche la valeur du silence selon un angle spécifique. Je mets celui sur sa valeur ésotérique à mon agenda de relecture. Je suis plus à l’aise avec celui du langage courant, ou encore avec une analyse d’inspiration plus scientifique.
Devenu un luxe dans nos sociétés bruyantes, le silence s’offre à nous comme une forme de vide qui nous attire et nous angoisse. Il nous coupe du monde extérieur jusqu’à éteindre le bruit de nos propres pensées. Je me dis que faire de cet espace vide, le lieu privilégié de l’apprentissage sur soi et sur le monde, est sans doute le plus merveilleux et le plus angoissant challenge de sa propre élévation spirituelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.